lundi 18 juillet 2016





     Ce coucher étrange, et l'épaisseur autour. Plus rien vide dans la pièce. 
Dire qu'il y a une présence, ce serait trop, mais il n'y a pas rien. Non. Il y a quelque chose. 
Prendre sur soi, se raisonner comme on morigène l'enfant. 
Et être enfant tout à fait lorsque monte la terreur. 
Il y a quelque chose, et ça ne va pas.
J'ai allumé, il y a quelques moments, 
je rallume pour voir. Pour vérifier. 
J'ai entendu quelque chose, même si ce n'est pas vraiment un bruit.

Le genre de nuits qui ressemblent à l'éternité, car rien n'y finit, et c'est une surprise toujours ce petit matin bleu qui délivre. 
Qu'on ne pourrait pas dire ce qu'on a dormi. 
Pas bien malin, tout ça, cette détresse. 
Pas sûr qu'il se soit passé quelque chose.